LA NEUVILLE

Un petit hameau construit autour de la vie du Château

Neuville-chateau.png

Depuis le XIVe siècle, les Seigneurs et autres riches industriels ont fait connaitre à ces lieux différentes transformations et évolutions.

On y trouve encore une ferme en carré du XVIe  siècle, une petite église, Ste Gertrude, dont on estime l’origine au XIVe siècle.

 

Les plus anciennes bâtisses rappellent les métiers de l’époque : le moulin à eau, la cure, la mercerie, …

Le château a été racheté fin du 19e siècle par les Princes de ligne qui lui donnèrent ses dernières transformations.

Propriété de l’Etat depuis 1949, il sera transformé en école/pensionnat pour enfants dont les parents n’ont pas de domicile fixe (forains, bateliers).

Des “baraquements” furent construits sur l’arrière de la propriété pour aménager des dortoirs et des classes, chauffés au coke.

Début des années soixante, un nouveau bâtiment fut construit avec un hall de sport (notre bloc B actuel et sa salle polyvalente).  Des dortoirs plus modernes et des classes sont, dès lors, mis à disposition des enfants.

En 1984 trois nouveaux bâtiments sont en projet.

Deux verront le jour (le bloc C actuel et le bloc restaurant). Des internats modernes, avec chambrettes individuelles, chambres deux lits, dortoirs pour les petits et salles TV.

batiments Historique.jpg

En 1995, le Ministre de l'Enseignement de l'époque décide de fermer “l’école des bateliers” alors fréquentée par 36 enfants du primaire.

 

Décision qui provoque la colère des parents et enseignants car cette école est unique !

En effet, ces enfants ne fréquentent pas l’école maternelle et arrivent en primaire sans aucune notion d’écriture ou de lecture. La première année est donc totalement adaptée.

En 1993, le centre emménage à Tihange, à la Neuville.

   

1995 est l’année où un Arrêté du Gouvernement crée officiellement le CAF (Centre d’Autoformation et de Formation continuée de l’Enseignement de la Communauté française).

 

A cette époque, une équipe composée de 15 formateurs, en fonction  à mi-temps, organisaient des formations relatives, uniquement, aux cours généraux.

Dans le même temps, une équipe d'animateurs occupaient trois classes au dernier étage de l’ancien Lycée de HUY (actuelle HE Charlemagne). Le centre était appelé "Centre permanent de Recyclage".

Batiment C du CAF.jpg

Pour le développement du centre, il fallait de l'espace ! Le choix fut porté sur les locaux libérés à la suite de la fermeture de l’école des bateliers. Le déménagement vers la Neuville s'organisa et une cohabitation entre le CAF et l'internat s'installa !

Ce fut le début de l'organisation des formations CAF dans ces locaux avec un service de midi qui avait lieu dans le somptueux restaurant de l’Internat, situé au rez-de-chaussée de ce fabuleux château.

En 1997 : le CAF est reconnu comme Centre de ressources pour l’"Education aux Médias" pour l’Enseignement organisé par la Communauté française. 

En 2001 : nouveau coup de tonnerre, le Ministre de l'enseignement de l'époque décide de fermer l’internat des bateliers.

Motif invoqué : trois internats à Huy, une offre globale de 360 lits avec une occupation de 266, il faut rationaliser et promouvoir l’intégration et pas la ségrégation : les enfants des bateliers seront donc contraints de rejoindre les deux autres internats.

Le CAF qui a continué à se développer se retrouve seul sur ce site, sans intendance et avec de nombreux espaces vides à entretenir.

Les cuisines de l’internat sont alors reprises par le centre, le personnel qui  était affecté à l'internat est réengagé au CAF, de même que du personnel d’entretien et  ouvriers “jardiniers”.

Un vaste projet de rationalisation des bâtiments est mis à l’étude par la SPABS, et le château sera mis en vente, ainsi que le RTG qui abritait le staff administratif.

En 2006 le château est vendu, le fruit la vente a permis de restaurer les blocs A et C que nous connaissons actuellement et un déménagement s’opère en juillet : le nouveau CAF est installé dans une infrastructure rafraichie et fonctionnelle.

En octobre 2007, les « nouveaux espaces » du CAF sont inaugurés.

  

Il faudra encore attendre 4 années pour voir la création de notre route d’accès actuelle, tracée dans la pâture et enjambant le “Morrisart” (ruisseau), mettant un terme à la servitude de passage qui nous permettait encore d’emprunter la magnifique allée et la cour du Château pour accéder au CAF.